LES EPARGNANTS SE RUENT SUR LES SCPI

Les épargnants se ruent sur les SCPI

ENCORE MIEUX ! LA SCPI A CARACTERE SOCIETAL DANS LE DOMAINE DE LA SANTE

NOUS POUVONS VOUS OFFRIR CETTE OPPORTUNITE         POUR NOUS CONTACTER  06 50 03 30 30

Ce placement immobilier qui rapporte en moyenne 4,50 % attire de plus en plus de souscripteurs. Au point que certains gestionnaires tentent de limiter l’afflux de capitaux.

 

Les SCPI (sociétés civiles de placement immobilier) vont-elles être victimes de leur succès ?

Sur les six premiers mois de l’année, les sommes que les Français y ont investi ont bondi de 56 % par rapport à la même période de 2016, qui était déjà une année de collecte record, selon l’Aspim, leur association professionnelle. Ces sociétés, qui gèrent des immeubles pour reverser aux souscripteurs les loyers, peuvent-elles encore espérer trouver suffisamment de bureaux et de commerces à acheter pour placer autant de capitaux sans détériorer leur belle rentabilité ?

 

Aujourd’hui, les meilleures d’entre elles offrent en effet encore des rendements de plus de 4,5 % par an. Des taux devenus très difficiles à trouver sur le marché de l’immobilier d’entreprise, où les prix se sont envolés ces dernières années.

 

Décourager les souscriptions

 

Certaines tentent donc de freiner l’enthousiasme des épargnants, à l’image de Sofidy, le gestionnaire de la plus importante SCPI du marché, Immorente. Celle-ci n’accepte plus les nouvelles souscriptions qu’à hauteur de 100.000 euros maximum par personne. «Certaines SCPI, gérées par des groupes bancaires, ont, elles, dû refuser les capitaux venus de leurs banques privées, trop importants pour être absorbés» relève Jonathan Dhiver, le fondateur de Meilleurescpi.com, un site dédié à la commercialisation de ce placement.

 

L’espoir ? Les loyers encaissés ont progressé au deuxième trimestre, surtout dans les SCPI de bureaux, grâce à la fin de franchises de loyers et autres mesures d’accompagnement accordées à certains locataires, ou encore à la relocation de locaux vacants. «La reprise est là» espère Jonathan Dhiver.

 

La rentabilité continuera de s’éroder

 

Mais cela ne suffira pas à éviter un nouveau recul de la rentabilité de la pierre papier. Elle devrait en fin d’année tomber entre 4,30 % et 4,50 %, selon Meilleurescpi.com. Un chiffre qui fera encore rêver les épargnants, qui voient s’effondrer les performances d’autres placements. Le rendement moyen de l’assurance vie est par exemple attendu autour de 1,50 % cette année (sur les fonds en euros). En comparaison, fin juin, les souscripteurs gagnaient encore «4,36 % pour les SCPI gérées par des groupes bancaires, contre 4,90 % pour les SCPI pilotées par des groupes indépendants», indique Jonathan Dhiver. Qui dit mieux ?